Buzz Marketing
Accueil du site > Buzz Marketing > No buzz is the new buzz

No buzz is the new buzz

vendredi 7 mars 2014, par Buzz Marketeur

Quand tout devient buzz, que reste-t-il à l’information ? Le big data ne serait pas finalement le buzz clusterisé in the cloud ?

La fin du buzz

Le buzz tel que nous le définissions dans notre article sur le buzz du gratuit n’est plus, c’est du simple marketing à la mauvaise sauce commerciale genre "pied dans la porte" ou "porte au nez" comme expliqué dans le "Petit Traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens" de Robert-Vincent Joule et Jean-Léon Beauvois (Presses Universitaires de Grenoble, 2002).

Quant au vrai Buzz, celui qui n’est absolument pas prémédité, et qui enflamme la Toile avec une viralité proche de 100%, à l’instar du cas David Eun, il est de plus en plus imité. Comme il devient très difficile (car couteux en temps et en effort) de le démasquer, une minorité croissante des internautes préfère ne plus accorder aucun crédit à ce genre de fausse rumeur "faite pour buzzer". Mais il reste encore suffisamment (trop) de crédules pour mordre à l’hameçon (ne parle t-on pas de Link Baiting ? )

L’actualité is the new Buzz

Les sujets d’actualité sont désormais la proie systématique des chercheurs de trafic web, sont qui s’appelaient hier "experts seo" et qui sont aujourd’hui des professionnels du webmarketing, de l’inbound marketing et du growth hacking.

Ce n’est plus un secret pour personne : la plupart des magazines en ligne et des relais d’organismes de presse préparent des matrices d’articles "à trous" qu’il suffit le moment opportun de remplir avec les données qui confèreront une certaine crédibilité à l’information.

Tout est aujourd’hui prétexte au buzz, et une part croissante de l’information publiée sur le web est traitée comme tel. Vous souhaitez vous aussi bénéficier de l’effet buzz, avant qu’il ne soit vraiment (vraiment) trop tard ? C’est à dire que vous espérez encore gagner une poignée de nouveaux visiteurs en faisant le buzz ? Alors voici la recette de Buzz Marketing :

Précepte : Tout est prétexte au buzz :

Une info = un buzz

Commérage, gossip, rumeur...

  • Un bon buzz d’autant plus populaire que le sujet est connu. Par exemple : la nouvelle star de "The Voice" est transexuel(le).
  • Ou encore : tel acteur est atteint d’un cancer foudroyant.
  • Variante : la mort d’un artiste alors qu’il est toujours vivant.

Il est toujours plus facile de buzzer avec un traitement pessimiste de l’information. Pourquoi ? Parce que les médias de notre époque ne sont que bons à relayer les mauvaises nouvelles. Pourquoi ? Parce que cela renforce le schéma de pensée actuel. Et qu’il est plus facile d’aller dans une direction toute tracée et relayée par tout un chacun ("c’est la crise", "ces politiques, tous pourris", "la planète crève"...) que d’aller à l’encontre de ce pense la majorité (et qui demande un effort d’argumentation, de justification).

5 idées pour un buzz garanti

  • Licenciements en masse autour d’une marque connue qui réalise des bénéfices ;
  • Richesse éhontée de certains qui affichent leur insolence dans les médias
  • Mort, maladie, sexualité
  • Faits divers qui tourne au drame
  • Lancement d’une nouvelle tendance qui va fonctionner comme un effet pyramidal (les premiers à en parler vont gagner en crédibilité, et donc tout le monde veut en parler en premier, et ainsi tout le monde cautionne et relaie l’info ou l’intox.)

En appliquant ce traitement "journalistique" à vos données, vous êtes sûr d’obtenir un effet viral.

Dans les prochains articles, nous parlerons de la meilleure façon d’optimiser ce facteur de viralité pour vos buzzes :-)

© 2007 - 2010 BUZZ MARKETING | buzz marketing SPIP | | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0